Le Fondateur de l'Aïkido



Né le 14 décembre 1883 à Tanabe au Japon, Morihei Ueshiba était de faible constitution, souvent malade et très nerveux.



Dès son plus jeune âge, il étudie le chinois et la religion bouddhiste. Ses parents l'encouragèrent à poursuivre des activités physiques tels que le sumo et la natation afin d'équilibrer cette tendance.


À 10 ans, il reçut l'enseignement de Tokusaburo Tozawa de l'institut de Ju-Jitsu Kito, puis de Masakatu Nakai de l'institut d'escrime de Yagyu dont il fut diplomé en 1908.



En 1903, Maître Ueshiba s'engage dans l'armée. Très vite, il devint le premier en tous genres d'exercices et plus particulièrement en Juken Jutsu ( combat à la baïonnette ).



À vingt ans, il se rend à Tokyo et passe ses soirées à étudier les anciennes techniques de Ju Jitsu, en particulier celle des écoles Kito, sous la direction de Maître Tozawa.

Il quitte l'armée en 1906 et retourne à Tanabe. En 1912, suite au projet de repeuplement de l'Hokkaïdo, il part avec sa famille et un groupe de personnes, fonder la ville de Shirataki.



C'est à cette époque qu'il rencontre Sokaku Takeda, grand maître de la koryu Daito de JuJutsu. Il l'invite à rester chez lui pour devenir son disciple et Takeda lui enseigne son art.



Parallèlement, il pratique le Ken-jutsu ( combat au sabre ) dans un dojo de Shinkage Ryu ( école Shinkage ).

Après être tombé malade, il s'astreint à un entraînement dur et progressif basé sur la force pure.

De petite taille ( 1,54 m ), la seule force physique ne le satisfaisant pas, il se rendit à Sakai, afin d'y étudier le sabre de l'école Yagyu de Maître Nakai.



Il alla ainsi dans 32 écoles différentes.



En novembre 1919, la rencontre avec un grand maître mystique doué de pouvoirs spirituels, Wanisaburo Deguchi, lui fut capitale car il avait conscience que s'il maitrisait la force et la technique, son énergie spirituelle restait fragile à la moindre épreuve psychologique.



Finalement Maître Ueshiba fit la synthèse de ses connaissances et créa un Aiki Jutsu très proche de Maître Shokaku Takeda qui le marqua beaucoup, et avec l'accord de ce dernier, il fonda sa propre école.



Peiné par la disparition de son père, le 2 janvier 1920, Morihei Ueshiba, passa quelques temps à méditer.

Installé à Ayabe, dans le temple de l'Omoto-Kyo, sous la direction de Wanisaburo Deguchi, il quitte le Japon le 13 février 1924 avec ce dernier pour bâtir en Mongolie un Royaume de la Paix. Ils échouèrent et furent prisonniers des armées chinoises.



De retour au Japon, Morihei Ueshiba reprit avec encore plus d'intensité ses recherches sur le budō et sa vie d'ascétisme.



Il comprit alors que le vrai budō n'est pas de vaincre un adversaire par la force, mais de garder la paix en ce monde, d'accepter et de favoriser l 'épanouissement de tous les êtres.



En 1926, son nom commençait à être connu et d'importants budokas ainsi que des personnalités politiques lui rendaient visite.

En 1931, il s'intalla à Wakamatsu-cho, un quartier de Tokyo dans un dojo qui prit le nom de Kobukan.

Pendant les années de guerre, Morihei Ueshiba se retira à Iwama, à 120 km de Tokyo, où se trouve le sanctuaire de l'Aïkido ( Aïki Jinja ).



En 1946, les Américains ayant interdit la pratique de tous les arts martiaux au Japon, le dojo fut fermé, jusqu'au 9 février 1948, date à laquelle il prit le nom d'Aïkikaï.

L'Aïkido fut le premier art martial qui reçut l'autorisation de reprendre la pratique en raison de sa tendance pacifiste.



Dès les années 50, Maître Ueshiba âgé de 67 ans laissera de plus en plus l'enseignement à son fils et à ses meilleurs disciples. Certains émigreront à l'étranger, répandant ainsi l'Aïkido à travers le monde.



Le vénérable Maître Morihei Ueshiba mourut le 26 Avril 1969, il nous a laissé un Art de Vie, riche par son contenu tant culturel que sociologique.